Marissa Mayer redoute l’accusation de haute trahison en défiant la NSA

Marissa Mayer, PDG Yahoo

Marissa Mayer, PDG Yahoo

Marissa Mayer, PDG de Yahoo, déclarait la semaine dernière, au forum sur les nouvelles technologies TechCrunch Disrupt à San Francisco, qu’elle redoutait la prison pour haute trahison si elle refusait d’obtempérer aux demandes des services d’espionnage américains de renseignements sur les utilisateurs de Yahoo. Selon ses dires, Yahoo examine et résiste aux demandes de renseignements du gouvernement américain, mais si la société perd ces batailles juridiques, elle devra obtempérer ou risque de passer pour un traitre.

Les demandes de renseignements autorisées par la justice sont imposées à l’entreprise avec interdiction pour celui qui les reçoit d’en parler et même d’en révéler l’existence.
« Si vous ne coopérez pas, c’est une trahison », déclarait Marissa Mayer soulignant qu’elle ne pouvait donner plus de détails sur les demandes des agences de contre-espionnage concernant les utilisateurs de Yahoo.« Nous ne pouvons pas en parler parce que ce sont des informations classées », a-t-elle ajouté. « Révéler ce type d’information relève de la trahison et vous êtes incarcéré. En ce qui concerne la protection de nos utilisateurs, il y a plus de sens à travailler à l’intérieur du système ».
Les groupes technologiques américains sont sous pression après les révélations sur le programme américain de surveillance Prism, grâce auquel l’Agence de sécurité nationale américaine (NSA) a obtenu d’eux des milliers de données numériques concernant des utilisateurs d’internet. Les sociétés internet assurent ne divulguer des informations qu’en réponse à des injonctions formelles de tribunaux, se défendant de toute complaisance avec les autorités américaines. En attendant, dans un effort de transparence, chaque groupe Internet commence à divulguer des rapports concernant les requêtes similaires formulées par les institutions judiciaires aux Etats-Unis. Tout en rappelant que les services secrets américains ne sont pas contraints de passer par des demandes judiciaires officielles pour obtenir ces informations.
Sources: Olnet, ITEspresso
Publicités

Catégories :BUSINESS, IMPACT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s