Dianne Feinstein dénonce les tortures exercées par la CIA

Dianne Feinstein

Dianne Feinstein, sénatrice démocrate de Californie

La sénatrice américaine Dianne Feinstein rendait public mardi le résumé de 525 pages d’un rapport de l’Intelligence Committee sur le traitement des détenus par la CIA. Cette étude est le produit de 5 années d’analyse ligne par ligne de plus de 6 millions de documents gouvernementaux et une condamnation sans appel des brutales techniques d’interrogatoires de l’administration Bush. Dianne Feinstein déclarait que la torture menait souvent à de fausses informations.

Les appels se sont multipliés pour réclamer des poursuites judiciaires mais le le ministère de la Justice américain a prévenu que le dossier ne serait pas rouvert. Le Président Obama le considère comme clos.

L’Allemagne et l’Union européenne dénoncent la grave violation des valeurs démocratiques et le rapporteur de l’ONU sur les droits de l’homme, Ben Emmerson, prone que « les responsables de cette conspiration criminelle doivent être présentés devant la justice ». Aucun des pays qui ont accueilli des centres d’interrogatoire de la CIA, n’est cité mais l’ancien président polonais Aleksander Kwasniewski a confirmé pour la première fois mercredi que la CIA avait mené dans son pays des interrogatoires brutaux, et souhaité que les responsables américains soient punis. La présidente de la Lituanie, Dalia Grybauskaite, a affirmé que son pays était prêt à « assumer sa responsabilité », alors que le parquet lituanien enquête sur la présence en Lituanie d’éventuels centres secrets de la CIA. Cette dernière, qui conteste les conclusions du rapport, est accusée d’avoir soumis 39 détenus à des techniques d’interrogatoire poussées, parfois non approuvées par l’exécutif.

Un des architectes du programme de la CIA, le psychologue James Mitchell, interrogé par le site d’informations Vice, a estimé que « cela lui semblait complètement inconscient de considérer que gifler KSM (Khaled Cheikh Mohammed, cerveau présumé du 11-Septembre) c’est mal, mais qu’envoyer un missile Hellfire sur un pique-nique familial et tuer tous les enfants (…) c’est bien ». « Nous assumons notre responsabilité pour cette période horrible et nous devrions être fiers d’être capables de faire cela », a de son côté déclaré le secrétaire d’Etat John Kerry. L’ancien vice-président américain Dick Cheney sous l’ère George W. Bush, entre 2001 et 2009, a affirmé que le rapport était « déplorable », « très imparfait » et « plein de conneries ».

Pour la puissante Union des libertés américaines (ACLU), « l’administration Obama peut commencer à réparer les abus commis en notre nom » en nommant un procureur spécial.

CNN, le 10 décembre 2014
L’Obs, le 10 décembre 2014
RTS Info,le 11 décembre 2014

Publicités

Catégories :IMPACT, SOCIETE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s