Christiana Figueres, l’essor des obligations vertes

Christiana Figueres

Christiana Figueres, secrétaire exécutive de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques

Des 90 milliards de dollars qui seront investis en infrastructure dans les 15 prochaines années, quelle sera la proportion allouée au financement des projets efficients sur le plan énergétique? Christiana Figueres, secrétaire exécutive de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, salue la migration progressive des investissements vers les projets qui soutiennent la réduction du réchauffement climatique. Depuis 2006, plus de 1000 milliards de dollars ont été investis dans les énergies renouvelables et l’investissement annuel en efficience énergétique serait de l’ordre de 300 millions de dollars.

L’essor des obligations vertes, lancées par la Banque Mondiale en 2008, est prometteuse. Depuis leur lancement, la Banque a levé 7 milliards d’obligations vertes (Green Bonds) grâce à77 émissions en 17 devises.

Un exemple est celui du gouvernement mexicain qui, pour réduire les émissions de CO2, encourage ses citoyens à échanger leurs vieux équipements électriques (réfrigérateurs, climatiseurs, ampoules etc.) contre des modèles plus récents et plus efficients énergétiquement car un quart de l’électricité du pays est utilisée par l’électroménager domestique et 80% de la production d’électricité mexicaine provient des combustibles fossiles. Le financement de cette substitution est assuré par des obligations vertes. Elle devrait permettre de réduire les émissions de CO2 d’un million de tonnes par ans (soit l’équivalent des émissions de 217.000 automobiles).

Les initiatives se multiplient et l’investissement dans ce type d’obligation devrait atteindre 40 milliards de dollars à la fin de l’année contre seulement 2 milliards en 2012. « Un saut exponentiel jamais vu » commente Mindy Lubber, présidente du groupe de défense environnementale Ceres.

L’efficience énergétique est couteuse. Selon l’Agence Internationale de l’Energie, elle nécessite un investissement annuel de 1000 milliards de dollars à l’horizon 2050 pour assurer la limitation du réchauffement climatique à 2°. Mais la tendance est vulnérable. En particulier au prix de l’énergie.

Sources: Edito de Christiana Figueres sur Bloomberg, World Bank Green Bonds, Green Bonds May Help Limit Effects of Climate Change

Voir aussi notre billet sur la carte de la concentration de gaz carbonique établie par la NASA

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s