Stéphanie Lacour, e-Dura l’implant neuronal pour traiter la paraplégie

Stéphanie Lacour

Stéphanie Lacour, professeur à l’École polytechnique de Lausanne

Un implant neuronal a permis à des rats paraplégiques de remarcher et pourrait un jour aider des personnes paralysées à retrouver en partie leur mobilité. Cette prothèse d’une très grande élasticité est conçue pour être implantée directement sur la moelle épinière et contient des électrodes et un mécanisme de libération de médicaments, expliquent les auteurs suisses de cette recherche publiée jeudi dans la revue américaine Science.

Grâce à son élasticité, cet implant, appelé «e-Dura» en référence à la dure-mère, la gaine protégeant la moelle épinière et le cerveau, a des propriétés presque identiques aux tissus vivants avec qui il est en contact ce qui réduit fortement les frictions et l’inflammation: la prothèse est donc très bien tolérée. Ainsi, le prototype d’implant e-dura posé sur des rats n’a provoqué ni dommage ni rejet et ce même après deux mois, selon ces chercheurs.

Cet implant est constitué d’un substrat de silicone parcouru de ramifications électriques en or. Les prothèses neuronales existantes jusqu’alors étaient rigides et causaient d’importants dommages dans les tissus nerveux.Non seulement cet implant a démontré sa biocompatibilité, mais il a aussi parfaitement fonctionné en permettant aux rats de retrouver leur capacité de marcher après quelques semaines de rééducation.

«Notre implant e-Dura peut rester en place pendant de longues périodes sur la moelle épinière ou le cortex précisément parce qu’il a les mêmes propriétés mécaniques que la dure-mère elle-même», explique Stéphanie Lacour, professeur à l’École polytechnique de Lausanne, co-auteur de ces travaux.«Cette avancée offre de nouvelles possibilités thérapeutiques pour des personnes souffrant d’un traumatisme ou de troubles neurologiques, surtout les sujets paralysés à la suite d’une blessure de la moelle épinière».

L’implant peut aussi être utilisé pour capter les impulsions électriques du cerveau en temps réel. Les scientifiques ont pu ainsi détecter avec précision les intentions moteurs de l’animal avant qu’elles ne se transforment en un mouvement.

Jusqu’à maintenant, la prothèse e-Dura a surtout été testée sur des rats paralysés mais elle peut être fixée sur le cerveau pour traiter par exemple l’épilepsie, la maladie de Parkinson et la douleur chronique. Les scientifiques prévoient à terme de faire des essais cliniques chez les humains et de mettre au point un prototype pour commercialiser cet implant mais cela prendra du temps car il faut miniaturiser cette prothèse afin quele boîtier électronique et le réservoir à médicaments puissent également être implantés.En effet, il n’est pas envisageable chez des malades d’avoir un système fonctionnant avec des fils reliés à l’extérieur comme c’est le cas avec la prothèse testés sur des rats.

Pour le professeur Dusko Ilic, un expert des cellules souche au King’s College de Londres, qui n’a pas participé à cette recherche, «ces travaux sont une importante avancée technologique qui pourrait ouvrir une nouvelle ère dans le traitement des lésions de la moelle épinière». Mais «il y a encore un long chemin avant de voir de telles neuroprothèses chez les humains», juge-t-il.

Sources:

Un implant pour faire marcher les paralysés, 24heures.ch
Des scientifiques font remarcher des rats paralysés, LaPresse.ca

 

Publicités

Catégories :IMPACT, SOCIETE, TENDANCES

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s