Lydia Beebe, prix de la honte décerné à Chevron

Lydia Beebe

Lydia Beebe, Corporate Secretary and Chief Governance Officer of Chevron

Vendredi, la Déclaration de Berne et Greenpeace, coorganisatrices du Public Eye Award, ont décerné le prix de la honte au groupe pétrolier Chevron, en marge du Forum économique mondial (WEF). Responsable de la gouvernance, Lydia  Beebe est-elle à la hauteur de la tâche? Les ONG dénoncent Chevron «pour le désastre écologique engendré par l’exploitation pétrolière dans la forêt vierge du nord de l’Equateur».

Le fond de l’affaire

Dans les années 1970 et 1980, Texaco, ancien exploitant du gisement de Lago Agrio en Equateur (et racheté par par Chevron en 2001), a déversé des millions de litres d’eaux usées toxiques dans les eaux de l’Amazonie équatorienne et abandonné derrière lui des fosses de boues toxiques, ruinant le vie et les cultures de plusieurs groupes autochtones. Depuis 1993, les avocats des résidents locaux ont cherché contraindre Texaco à nettoyer la zone et à compenser les quelques 30.000 victimes. Début 2011, un tribunal équatorien condamnait Chevron à payer 9,5 milliards de dollars d’indemnisation, une décision à laquelle la société a fait appel.

Un verdict étonnant

En mars 2014, un tribunal américain estimait que le verdict équatorien avait été obtenu par « coercition et corruption ». Mais il est toutefois important de souligner que le tribunal américain ne se prononce pas sur le fonds de l’affaire mais sur la manière dont l’avocat des fermiers équatoriens, Steven Donziger, aurait obtenu ce jugement. Alberto Guerra, un ancien juge équatorien cité par la défense de Chevron, déclarait au tribunal avoir reçu de l’argent de la part des plaignants. Il déclarait aussi que le juge responsable du verdict équatorien avait également été suborné par Steven Donziger. Le jugement américain reste toutefois étonnant car Alberto Guerra a également admis avoir reçu des montants substantiels de la part de Chevron. Il a d’ailleurs été banni de la profession en 2008 et a pu migrer aux Etats-Unis grâce au soutien de … Chevron.

Marketing injustifié?

Sur son site, Chevron insiste sur le comportement éthique du groupe et la qualité de sa gouvernance. Il minimise la responsabilité de Texaco dans l’affaire, rejetant largement la responsabilité sur la société d’Etat Petroecuador. Responsable de la gouvernance, Lydia  Beebe est-elle à la hauteur de la tâche? Arrivée chez Chevron en 1977, elle a eu tout loisir de suivre l’affaire depuis le début puisque Chevron n’a repris Texaco qu’en 2001. Toujours difficile de démêler le vrai du faux dans des affaires aussi politiquement sensibles.

Le pétrolier Chevron reçoit l’ultime prix de la honte, 24 heures, 25 janvier 2015
Big Victory for Chevron Over Claims in Ecuador, New York Times, 4 Mars 2014
Chevron Agrees to Buy Texaco For Stock Valued at $36 Billion, New York Times, 16 octobre 2000
Biographie de Lydia  Beebe sur le site de Chevron
Ecuador Lawsuit – Background, site de Chevron

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s