Nicola Sturgeon déstabilise la Grande-Bretagne

Nicola Sturgeon

Nicola Sturgeon, Première ministre écossaise, photo Jim Irvine

En 2010 et pour la première fois, aucun parti n’atteignait la majorité au Parlement britannique. Ainsi naissait le premier gouvernement de coalition depuis la Seconde Guerre mondiale. Le bipartisme qui dominait la politique britannique depuis 70 ans s’achevait. Aucune alliance ne pourra  réunir de majorité cohérente après les élections de jeudi. Ce sera au Parti national écossais de jouer les arbitres. Or, sa dirigeante, Nicola Sturgeon a déclaré sans ambigüité refuser toute alliance avec les Conservateurs, même si selon des fuites récentes sa sympathie irait davantage à David Cameron qu’au leader travailliste Ed Milliband. Jusqu’à présent Ed Miliband a exclu toute alliance avec la Première ministre écossaise, plus préoccupée des intérêts de l’Ecosse que de ceux de la Grande-Bretagne.

Quel que soit le résultat, le gouvernement sera trop fragile pour réformer les défaillances structurelles de l’économie. «Un gouvernement faible s’intéresse davantage à la consolidation de son électorat qu’aux réformes dont le pays a réellement besoin» estime Marie Owens, chef économiste de Crédit Agricole Private Banking à Genève, dans une étude sur le muscle politique et la capacité de réforme.

Grave déclin de la capacité législative, L’Agefi du 5 mai 2015

Publicités

Catégories :IMPACT, SOCIETE, TENDANCES

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s