Women on Boards, gouvernance au féminin

Jean Studer

Jean Studer, président du conseil de surveillance de la BNS

Valérie Plagnol

Valérie Plagnol, présidente de la Société d’Economie Politique de Paris

 

 

 

 

 

Ce soir se tient à Genève la conférence Women on Boards, tour d’horizon européen de la gouvernance au féminin, organisée par les Business & Professional Women (BPW). Membre du panel réuni par les BPW, Jean Studer, président du Conseil de surveillance de la Banque Nationale Suisse, prend position pour la diversité de genre dans les conseils d’administration et dans la direction des entreprises dans un interview publé dans l’Agefi.

La Suisse a été lente sur le plan politique. Le droit de vote n’y a été consenti aux femmes que tardivement. L’article constitutionnel qui établit la parité entre hommes et femmes est d’ailleurs curieux. Alors que, d’ordinaire, les lois entérinent des comportements existants, cet article a un contenu quasi-programmatique. Il exprime une volonté politique dans un environnement non-égalitaire. D’où sa difficulté de mise en œuvre et les écarts de responsabilité et de rémunération, vingt après. On dit parfois que la liberté peut être discriminatrice et la loi libératrice. Dans le domaine des droits fondamentaux, il faut savoir « contraindre le fort pour affranchir le faible ». Il est donc juste que le Conseil Fédéral donne une impulsion pour accélérer l’arrivée des femmes dans les conseils d’administration.

La diversité de genre dans les conseils d’administration, sujet d’actualité dans de nombreux pays d’Europe, soulève bien des questions. Valérie Plagnol, présidente de la Société d’Economie Politique de Paris et précédemment directrice de la recherche au Credit Suisse, introduira le débat. Elle rappellera que tous secteurs confondus, les entreprises qui comprennent des femmes dans leur conseil d’administration, surperforment sur les marchés financiers et sont plus généreuses à l’égard de leurs actionnaires. La proportion des femmes dans les conseils d’administration progresse. Elle est passée en moyenne de 9% en 2004 à 16.4% en 2014 et est proche de 25% en Europe. Les pays scandinaves qui ont instauré le plus tôt des quotas sont ceux où la présence de femmes dans les conseils d’administration dépasse les 30%, la Norvège atteint même 40%. A contrario, on était à 11.3% seulement en Suisse en 2013.

Même s’il reste difficile d’établir un lien de causalité unique et certain entre diversité et performance, la présence de femmes à des postes de responsabilité au sein des entreprises les plus performantes est un constat assez général. La promotion de la diversité au sein des entreprises est bien gage de performance. Il reste à s’en donner les moyens à tous les niveaux.

Le panel réunira Agnès Bricard, conseillère du commerce extérieur de la France, Valérie Kirschmann, administratrice de Thomson Reuters Suisse, Diane Reinhard, présidente du Cercle Suisse des Administratrices, Tineke Ritzema, administratrice de la Banque Alternative Suisse, Jean Studer, président du conseil de surveillance de la Banque Nationale Suisse et Arif Zaman, directeur du Commonwealth Businesswomen’s Network. Anja Wyden Guelpa, Chancelière de l’Etat de Genève, sera dans la salle.

Mercredi 17 juin 2015 à 17:30 à la Fédération des Entreprises Romandes (FER), 98 rue de St Jean, 1211 Genève
Inscription sur le site de OWIT Lake Geneva dans Events (http://www.owit-lakegeneva.org/event-1912775).

Advertisements

1 reply »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s