CNN Leading Women: Blanca Trevino, leader de la technologie en Amérique du Sud

BlancaTrevino

BlancaTrevino, présidente et directrice générale de Softtek

Retrouvez chaque mois sur notre blog les interviews vidéo de femmes exceptionnelles réalisés par CNN International et leur transcription en français.

Je ne me suis jamais dit qu’enfin, j’avais réussi. Je pense qu’on peut toujours faire plus.

Présidente et directrice de la société d’informatique Softtek, basée au Mexique, Blanca Trevino contribue a ouvrir la voie du monde des technologies de l’information à l’Amerique Latine.

Blanca Trevino: Quand on pense au Mexique, on pense à de bons petits plats, à la tequila. On ne considère jamais le Mexique sur le plan industriel, comme un acteur important de l’industrie informatique.

Blanca Trevino a cofondé Softtek en 1982, a une époque ou l’on trouvait peu de femmes dans le milieu de la technologie et ou elles étaient encore moins nombreuses à créer leur propre entreprise..

Blanca Trevino: Lorsque nous avons démarré, comme tout entrepreneur, nous avions de grands rêves de ce que nous voulions accomplir. Je ne dirais pas que le fait d’être une femme changeait quoi que ce soit, à cette époque. Il s’agissait plutôt d’une opportunité de créer une nouvelle entreprise, de se lancer dans une nouvelle aventure, et je dois admettre que cela fut un privilège.

Blanca Trevino est devenue PDG en 2000. Elle gère aujourd’hui presque 9000 salariés et supervise 30 bureaux dans le monde.

Gabriela Frias: Softtek a quasiment inventé le concept de nearshoring. De quoi s’agit-il exactement et en quoi diffère-t-il du offshoring?

Blanca Trevino: Nous ne l’avons pas “quasiment inventé”.  Nous l’avons inventé. C’est une marque de fabrique. A l’époque, nous avons observé les États-Unis et nous en avons conclu que c’était le marché le plus important. C’est un marché dont la demande en matière de services informatiques est très importante, un marché complètement arrivé à maturation mais aussi celui au sein duquel la concurrence est la plus rude. Par conséquent, si nous voulions vraiment installer Softtek aux États-Unis, nous avons compris qu’il nous faudrait innover. L’Inde était et reste le leader. Elle était vraiment positionnée sur ce concept d’offshore. En regardant les États-Unis, on se disait qu’il y avait bien un créneau à prendre. Nous pouvions proposer des services aux États-Unis depuis le Mexique, en nous attaquant aux faiblesses du modèle offshore. C’est pourquoi nous avons inventé le nearshore. L’avantage, c’est la proximité : la proximité au niveau culturel, la proximité au niveau fuseaux horaires… Lorsqu’on comprend tout ce que permet cette proximité, on est capable de rivaliser avec ses sconcurrents de manière très efficace, même du point de vue des tarifs.

Gabriela Frias: Pensez-vous que les femmes PDG gèrent leur entreprise d’une manière différente des hommes PDG?

Blanca Trevino: Oui. La différence entre un homme et une femme réside parfois dans notre définition du succès. Pour les hommes, c’est probablement lié au fait de faire fortune et à leur importance dans les conseils d’administration où ils siègent. Mais pour les femmes, je pense que la réussite est plus liée au fait de laisser une trace, comme j’ai tenté de l’expliquer. Ai-je vraiment une influence positive sur notre équipe ? Suis-je capable de changer ou d’évoluer si nécessaire?

Avant de créer Softtek, Blanca a étudié les sciences informatiques dans sa ville de Monterrey, au Mexique.

Gabriela Frias: Comment ça s’est passé avec votre famille, avec votre père, lorsque vous étudiiez l’informatique, et que vous avez pris la tête d’une société de technologie dans les années 80 ?

Blanca Trevino: Mon père m’a toujours soutenue. Quand j’étais petite, tout tournait plutôt autour des choses que l’on pouvait faire, pas des choses que l’on ne pouvait pas faire. Pour être honnête, ma mère a aussi été incroyable parce qu’elle a décidé de s’inscrire à l’université après avoir eu 6 enfants. Mon père ne l’a pas soutenue du tout. Il se plaignait tous les jours. Votre mère peut avoir un diplôme de psychologie, ce n’est pas ça qui fera bouillir la marmite.  Il était différent. Il ne soutenait pas ma mère alors qu’il m’a soutenue. Je me souviens lui avoir demandé, lorsque j’ai eu ma première fille, si je devais prendre ma retraite. Il m’a répondu : “Pourquoi ? Non, tu peux y arriver. Tu as besoin de notre aide ?” C’était la même personne, mais complètement différente.

Gabriela Frias: Vous êtes donc PDG et maman de deux enfants, ainsi que grand-mère. Comment trouvez-vous votre équilibre entre votre vie professionnelle et votre vie de famille ?

Blanca Trevino: Il faut toujours avoir à l’esprit ses priorités. Il faut qu’elles soient très claires. C’est facile à dire mais pas forcément à faire. Je n’ai jamais arrêté de travailler. D’ailleurs, j’ai fondé ma famille à peu près au moment où j’ai créé Softtek. En quelque sorte, ma famille et mon entreprise ont grandi ensemble. C’était difficile pour moi de séparer l’une de l’autre. Ce qui est important, c’est que j’aime tous les rôles que j’endosse dans ma vie.

En tant que femme a la tète de l’une des sociétés de technologie leaders d’Amérique Latine, Blanca a de nombreux conseils a donner a ceux qui voudraient devenir PDG.

Donnez-vous une chance. Ne commencez pas à convoiter quelque chose en pensant que tout se fera naturellement. Donnez-vous une opportunité. Pensez à ce que vous pouvez accomplir. Si dans une entreprise, il n’y a pas de places libres pour les femmes, cherchez une autre entreprise. Si vous n’en trouvez pas, créez la vôtre. N’autorisez personne à vous fermer des portes. Si vous avez suffisamment d’estime de vous-même, si vous libérez cette force qui est en vous et cette vision des merveilles que vous pouvez accomplir, personne ne vous arrêtera.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s