CNN Leading Women: Lynn Good, une exception dans le domaine de l’énergie

Lynn GoodLynn Good, CEO Duke Energy

Retrouvez chaque mois sur notre blog les interviews vidéo de femmes exceptionnelles réalisés par CNN International et leur transcription en français.

Lynn Good est la première femme PDG de Duke Energy, la plus grande entreprise de service public des États-Unis… Elle approvisionne en énergie 23 millions de clients. Une exception dans le domaine de l’énergie, dominé par les hommes.  

Lynn Good: Les meilleurs jours sont ceux que j’ai passés sur le terrain.

Poppy Harlow: Pas ceux que vous avez passés coincée dans votre bureau.

Lynn Good: J’aime être à l’extérieur, au contact des gens et par conséquent, je privilégie ces moments-là par rapport à ceux que je passe dans mon bureau.  Je suis très fière de diriger Duke Energy. C’est une responsabilité extraordinaire et c’est également une leçon d’humilité lorsqu’on voit l’étendue de cette responsabilité. On pense aux 20 millions de personnes qui comptent sur nous.

Poppy Harlow: Est-ce un poids difficile à porter ?

Lynn Good: Certains jours, c’est le cas. Il y a des jours où ce poids est difficile à porter.

NUMERO 13 DANS LA LISTE DES FEMMES LES PLUS PUISSANTES DE FORTUNE EN 2014. Malgré ses distinctions, Lynn Good affirme qu’elle ne se voit pas comme vous pourriez l’imaginer

Lynn Good: Je ne me considère pas comme une femme puissante.

Poppy Harlow: Pas même lorsque vous vous retrouvez sur toutes ces listes ?

Lynn Good: Ces listes ne signifient pas grand-chose pour moi.

Née et élevée dans la classe moyenne de l’Ohio – elle est la fille d’une professeur et d’un directeur d’école

Lynn Good: Mes parents étaient des enfants de la Grande Dépression, une super génération. Nous avons été élevés avec une éthique de travail extraordinaire.

Poppy Harlow: Qu’est-ce que vos parents attendaient de vous ?

Lynn Good: Tout.  On nous disait de ne pas nous apitoyer sur nous-mêmes, de faire de notre mieux. Je pense que c’est un très bon exemple à suivre. Ils n’attendaient pas la perfection.

Ses parents n’attendaient pas la perfection, mais Lynn avoue que plus tôt dans sa carrière, c’est ce qu’elle attendait, elle.

Lynn Good: C’est le travail le plus difficile que j’aie fait. Ça ne fait aucun doute.

Poppy Harlow: Quelle est l’erreur professionnelle la plus importante que vous ayez faite ?

Lynn Good: J’avais des critères sur les attentes que l’on devait avoir de nous en matière de performance mais ces critères était plus définis par moi que par les capacités des gens qui m’entouraient.

Poppy Harlow: Vous en demandiez trop ?

Lynn Good: J’en demandais beaucoup, vraiment. J’avais un coach et un mentor très compréhensif qui m’a dit « Lynn, si vous essayez de monter une équipe de gens qui sont exactement comme vous, vous serez constamment déçue et vous aurez sans arrêt l’impression d’échouer. Vous devez élargir votre vision de ce qui fonctionne. » Ça m’a pris un moment de dépasser cela mais je crois beaucoup à cette méthode qui consiste à sortir de nos idées préconçues et à tenter de trouver où placer la barre de ce que l’on attend des autres.

Lynn Good a passé environ 20 ans de sa carrière dans l’entreprise de conseil Arthur Andersen – et en est même devenue associée. 

Poppy Harlow: C’était la crème de la crème du métier. J’aimais beaucoup ce travail.

Mais tout s’est effondré en 2001- suite à la faillite d’Enron.  Arthur Andersen était en effet la société d’audit d’Enron. 

Lynn Good: Le problème Enron est en fait celui qui a conduit à la perte d’Arthur Andersen. En quelques semaines ou mois, tout ce pour quoi vous avez travaillé disparaît.  C’est une véritable expérience de voir sa carrière professionnelle partir en lambeaux et de ne rien pouvoir y faire.

Poppy Harlow: A quel moment avez-vous su que c’était fini ?

Lynn Good: Je pense à l’appel d’un associé qui est arrivé à la mi-mars, grâce auquel nous avons appris que c’était l’entreprise qui serait inculpée et non pas un seul individu. A ce moment-là, on a su que c’était fini.

Elle parle de « chagrin d’amour professionnel ».

Poppy Harlow: Comment vous en êtes-vous remise ?

Lynn Good: Doucement. On se contente de mettre un pied devant l’autre chaque jour, pendant une telle période de chaos. Je n’avais pas une idée claire de ce que je voulais faire. C’était très difficile à affronter. Des gens venaient dans mon bureau et disaient : « Je vais avoir un bébé le mois prochain. J’ai encore un travail ? » « Je viens d’acheter une maison. » Lorsqu’un élément de votre vie, votre carrière professionnelle, s’écroule totalement, c’est un signal d’alarme ou un rappel à l’ordre, mais en tout cas, c’est vraiment très loin du bonheur.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s